• Pendant qu'on est en période de revendications en tout genres, j'ai eu envie de vous parler de ce sujet d'actualité, qui semble prouver que nous autres pauvres particuliers, faisons partie de la pire espèce de pollueurs... ce qui n'est d'ailleurs pas entièrement faux...

     

    Il faut sauver la planète, nous serine-t-on, tontaine tonton !

    À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique et nos chers gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser sur l'électrique.

    Ok ! Mais qu'est-ce que ça veut dire ?

    La voiture électrique va nous sauver ?

    - D'abord, l'installation d'un tas de bornes de recharge le long de nos routes, car les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une autonomie supérieure à 500 km. Et encore sans se servir des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du dégivrage ou de la climatisation, et en roulant à vitesse constante et modérée...

     

    - Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette énergie. Et là, c'est une autre histoire:

    À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très coûteuses et bourrées de métaux rares...

     

    - Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne trouve pas moins de 16 kg de nickelOr le nickel est plutôt rare sur notre terre... On sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver, il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur. Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion. Par conséquent, il faut creuser et creuser encore, broyer, cribler, hydrocycloner pour un résultat tout juste à la hauteur des besoins.

    Or, tout cela entraîne des montagnes de résidus, qu'on déverse la plupart du temps dans la mer...

     

    - Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium...

    Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient entre autres, des hauts plateaux des Andes. Pour l'extraire, on pompe sous les salers (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une migration de l'eau douce vers les profondeurs. Une véritable catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque d'eau.

     

    - Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

    Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines artisanales pour seulement 2 dollars par jour... Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail !

     

    - Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

    On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer, le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

     

    Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos politico-écologistes... 

    Mettez-vous sans attendre à la voiture électrique, c'est cher, c'est lourd, c'est pas pratique et ça pollue d'une autre manière...

     

    (Texte interprété d'après celui publié dans le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet).

     

     


    2 commentaires
  • Plusieurs d'entre vous ont déduit que  4+5+10= 19, ce qui semble être la bonne réponse... mais...

    Sauf que le vrai 1/5 de 19 est 3,8

    Le 1/4 est 4,75

    Et la moitié est 9,5

    Ce qui fait un total de 18,05 chameaux. Dans ce cas, les fils ne sont pas contents, parce qu'il faut couper les chameaux en morceaux et à la fin il reste 0,95 chameau à partager...

    La réponse à l'énigme des chameaux

    - Baba et Day-Lys ont dit qu'ils la connaissaient mais ne voulaient pas la dévoiler

    - Bérénice la ballade , Ecureuil Bleu et Harmonie 32 ont fait le calcul comme s'il y avait 20 chameaux dans le troupeau.

    - Seule Kreichaline a donné la réponse exacte et logique:

    Mohamed demande à son ami Youssef de lui prêter un chameau pour un court instant, ce qui lui fait provisoirement 20 chameaux.

    Il partage comme prévu 1/5 de 20 = 4, ensuite 1/4 de 20 = 5, puis 1/2 de 20 =10. 

    Ce qui fait un total de 19 chameaux. Ensuite il rend à son ami le chameau qu'il lui a prêté.

    Et l'important c'est que les fils sont très contents, puisque ils ont tous un peu plus que la part prévue !

    (4 au lieu de 3,8)(5 au lieu de 4,75)(10 au lieu de 9,5).

     

    Voilà voilà et merci d'avoir participé !


    40 commentaires
  • C'est Ecureuil Bleu qui m'a donné l'idée de ressortir une énigme vieille comme mes robes (ou quelqu'un d'autre, j'sais plus...).

    Alors, si ça vous dit, essayez donc de la résoudre, pour montrer aux yeux ébahis de tous que vous savez compter mieux que le comptable du coin... 

    Voulez-vous jouer avec moi ?

    Donc voilà:

    C'est Mohamed le chamelier, qui réunit ses trois fils à la veille de sa mort. Il leur dit en ces termes:

    - Mes fils, je possède 19 chameaux que je vais partager entre vous trois:

    - Jean-Hubert-Mohamed, tu es le plus jeune et tu auras le cinquième du troupeau.

    - Philippe-Mohamed, tu es le second et tu auras le quart du troupeau.

    - Mohamed ben Mohamed, tu es l'aîné et tu auras la moitié du troupeau.

    Combien de chameaux aura chaque fils, sachant qu'il n'est pas question de les couper en morceaux et que chacun doit y trouver son compte ?

     


    33 commentaires

  • 34 commentaires

  • 34 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires