• Pour changer un peu des p'tites fleurs printannières, voici un exposé plein d'intérêt sur nos amis les zanimos, et particulièrement celui qui nous a aidé à descendre de l'arbre, j'ai nommé le gorille...

     

    Blog de lesscorpionsdeouarzazate :Les Scorpions de Ouarzazate, LE GORILLE

    Le gorille est proche de l’homme. Surtout le dimanche derrière les barreaux de sa cage au zoo de Vincennes.

    Le gorille est fort comme un turc, mais il ne fait pas sa prière cinq fois par jour, ce n’est donc pas un vrai turc. D’ailleurs les turcs grimpent beaucoup moins bien aux arbres que les gorilles, ce qui prouve sans contestation possible qu’ils ne sont pas de vrais singes (je sens que je vais avoir des problèmes avec les Droits de l’Homme, SOS Racisme, Allah et la SPA…).

    La femelle du gorille est la gorillette et leur accouplement particulièrement bestial est identique à celui de l’homme. En effet, le gorille utilise couramment la position dite « du missionnaire », ce qui pourrait laisser croire que ceux-ci (les missionnaires) ont bien fait leur travail lors de leurs missions en Afrique.

    Leur union donne (celle du gorille et de la gorillette, car avec le missionnaire çà ne marche pas) de jolis petits gorillons qui sont beaucoup plus agiles pour monter dans les arbres que leurs proches cousins les durillons.

    Est-ce à dire que les missionnaires avaient des durillons ? Les durillons missionnaires étaient-ils catholiques ? Autant de questions que se posent les scientifiques depuis que l’homme est descendu de l’arbre où il vivait en communauté avec le gorille et le ouistiti.

    Le ouistiti étant le proche cousin du gorille, donc de l’homme, mais en beaucoup plus petit. Lors de leur coït, les ouistitis n’utilisent pas la position du missionnaire, car la ouistitite est trop petite pour être à la bonne hauteur par rapport à celui-ci (le missionnaire).

    Chose étonnante, les missionnaires n’ont pas ramené de leur mission la documentation qu’on aurait pu attendre de leur part. Mais les sœurs carmélites du couvent de Pouilly-les-Fuissey se sont  spécialisées dans le coït du ouistiti, à la suite de la visite des missionnaires à leur retour d’Afrique. 

     


    17 commentaires
  • Voilà un bon moment que j'vous avais pas passé d'exposé scientifique sur les z'animaux... donc, en voici un particulièrement intéressant sur un petit z'animal attachant et primesautier : l'artichaut.

     

    Blog de lesscorpionsdeouarzazate :Les Scorpions de Ouarzazate, L’ARTICHAUT

    L’artichaut a un cœur et une barbe.

    C’est donc un animal coeuru et barbu, ce qui est exceptionnel.

    Si vous possédez un artichaut, vous pouvez l’effeuiller. C’est donc également une marguerite, mais en moins joli.

    Lorsque l’œuf d’artichaut éclot, le petit artichaut apparaît, encore tiède du sein oeufernel. C’est un petit architiède qui va alors gambader joyeusement dans vos plates-bandes au risque de se faire punir, ce qui peut jeter un froid. C’est alors un artifroid.

    L’artichaut possède de nombreuses feuilles assez dures, on dit qu’il est dur de la feuille.

    Si vous effeuillez l’artichaut, il ne se passe rien, contrairement à la marguerite qui vous donne la température amoureuse pour la semaine à venir.

    Pourtant nous avons vu que l’artichaut à un cœur, mais il est dur.

    Ce qui permet d’affirmer qu’il est dur de la feuille et dur du cœur, mais on s’en fout complètement.

    Si on chauffe un artichaut, il devient archi-chaud, si chaud qu’il nous chaut de nous chauffer à sa chaleur sans échauffourée, même étant chauve ou chauvin.

    L’artichaut ne sait ni marcher, ni courir. C’est regrettable, car il ne peut prendre son envol sans élan.

    La légende populaire affirme pourtant que les soirs de pleine lune les artichauts volent bas, ce qui sous-entend qu’habituellement ils volent au vent.

     


    19 commentaires
  • Afin de parfaire vos connaissances en ce début d'année, je vous propose un peu de science naturelle avec cet exposé sur un animal sympathique et convivial que vous adorerez avoir chez vous:

     

    Blog de lesscorpionsdeouarzazate :Les Scorpions de Ouarzazate, LE CROTALE

    Le crotale crotte-t-il ? Oui.

    Mais pas plus que les autres z’animals zoologiques serpentuagénaires.

    La légende populaire affirme que lorsqu’on coupe un crotale en deux, on obtient deux demi crotales. Mais ce n’est certes qu’une légende et nous ne nous laisserons pas abuser par de telles croyances.

    Cependant, afin d’en avoir le cœur net, procédons à une expérience scientifique :

    - Prenons un crotale et coupons-le en deux morceaux égaux. Que se passe-t-il alors ? Nous obtenons effectivement deux demi crotales, mais à notre grande stupéfaction, aucun des deux ne bouge. Est-ce à dire que les demi-crotales sont moins vifs que les crotales entiers ? Sont-ils vexés d’avoir été raccourcis ? Les scientifiques spécialisés dans les coutumes religieuses du bernard-l’ermite n’ont aucune idée de la réponse, ce qui prouve que même les savants ne connaissent pas mieux le crotale que nous.

    Le crotale est familièrement appelé  « serpent à sonnette », car c’est le seul qui sonne avant d’entrer. C’est donc un animal poli, qu’on sera heureux d’avoir chez soi.

    L’accouplement du crotale avec la crotalette donne des mignons petits crotalions très turbulents, mais tellement attachants qu’on peut faire des nœuds avec.

    Le crotale se nourrit de petits animaux glanés de-ci de-là dans la pampa, qu’il attire par le son joyeux de sa sonnette. Mais si vous le nourrissez avec des farines animales, il se mettra à ruminer et vous donnera du lait.

    En conclusion, c’est donc un animal utile et attachant qu’on pourra promener partout avec soi, pour la grande joie des passants et de vos amis.


    17 commentaires
  • Le voyage aux z'Amériques étant terminé, je vous propose pour changer de sujet cette intéressante étude sur un animal particulièrement attachant, qui fera la joie des petits et des grands par son extrême convivialité. J'ai nommé le cloporte, que voici que voilà:

     

    Blog de lesscorpionsdeouarzazate :Les Scorpions de Ouarzazate, LE CLOPORTE

    Contrairement à ce que dit la légende populaire, le cloporte ne ferme pas les portes. Par contre, il nous importe que le cloporte passe sous la porte et nous apporte l’importance du rapport entre la porte close et l’accorte cloporte en enclos.

    Que mange le cloporte ? C’est la question que se posent tous les scientifiques spécialisés dans la nourriture du cloporte, sans jamais avoir réussi à trouver la réponse.

    Le cloporte se met en boule. Est-ce à dire qu’il s’énerve facilement ? Dans ce cas est-il dangereux ? Préfère-t-il le billard ou la pétanque ?

    Procédons à une expérience scientifique : prenons un cloporte adulte et consentant et insultons-le jusqu’à ce qu’il se mette en boule. Ensuite, allons jusqu’au bowling et lançons-le sur les quilles, avec un léger effet. Que se passe-t-il ?

    A notre grande stupéfaction, quelques secondes après le lancer nous ne le voyons plus (le cloporte). Les quilles du bowling restent en place et nous n’avons droit à aucune réduction. Ce qui nous amène à penser que par la suite nous n’amèneront plus notre cloporte au bowling.

    La femelle du cloporte est communément appelée la femelle du cloporte. Lors du rut, le cloporte se jette furieusement sur la cloporte pour un acte que la morale réprouve, mais qui donne naissance neuf mois plus tard à des petits cloportes vagissants.

    La vie et les coutumes du cloporte étant d’un très grand intérêt, nous vous proposons de lire notre étude complète sur « Les us et coutumes du cloporte à travers les âges, du cloporte précolombien à nos jours ».

     

     


    17 commentaires
  • Puisque vous avez l'air d'aimer mes histoires un peu farfelues, voici un intéressant documentaire sur la poule qui va certainement vous apprendre beaucoup de choses sur ce bel oiseau...

    LA POULE

    La poule vit dans un pot. C’est la poule-au-pot, découverte par le bon roi Henri IV, lors de sa visite du Poulailler Royal des Tuileries en l’an de grâce mille kèk chose et des poussières.

    La poule, comme les autres chèvres, fait partie des Zanimos de la Ferme. Elle possède deux pattes qui lui servent généralement à marcher, ainsi que deux ailes qui ne servent à rien. Car la poule ne vole pas.

    Pour s’en assurer, procédons à une expérience scientifique :

    - Mettons une poule dans un avion et ordonnons-lui de voler. A notre grande stupéfaction, on s’aperçoit immédiatement qu’elle ne sait même pas piloter !

     - Faisons donc décoller l’avion nous-même et montons très haut, au-dessus des nuages. Ouvrons ensuite la porte de l’avion et lançons la poule dans les airs. Que se passe-t-il alors ? Elle bat des ailes ridiculement en faisant cot-cot, puis disparaît dans les nuages. Nous ne connaissons malheureusement pas la suite, trop occupés à essayer de faire atterrir ce damné avion…

    La  poule pond des oeufs durs, mollets, à la coque ou au plat. Lorsqu’elle pond un œuf au plat, les scientifiques s’accordent à reconnaître que çà fait pas très propre dans le poulailler.

    Le mari de la poule est le coq. Il est beaucoup plus joli que la poule et il chante très bien au lever du jour, alors que la poule fait seulement cot-cot quand elle pond. Leurs enfants s’appellent les poussins et sont à moi comme la poule lorsque je parle à ma femme en lui disant : « ouais heu ma poule, tu viendrais pas faire un p’tit tour z’avec moi dans la chambre, hein mon poussin ? ».

    Lorsque les poussins sortent de l’œuf, ils sont jaunes à cause du jaune d’œuf, comme la tâche que nous avons sur la cravate après avoir mangé un oeuf au plat.

    Doit-on donc détacher les poussins ? Existe-t-il un détachant spécial-poussins ?

    Ce sera l’objet de notre prochaine étude.


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique