• Vous me connaissez, j'aime avoir des ami(es) instruits. C'est pourquoi je vous propose régulièrement des exposés scientifiques dans lesquels vous pouvez découvrir tout ce que vous ne saviez pas sur nos amis les zanimos.

    Voici donc aujourd'hui l'escargot, un zanimal vif et plein d'entrain avec lequel vous passerez des moments inoubliables...

     

    Blog de lesscorpionsdeouarzazate :Les Scorpions de Ouarzazate, L'ESCARGOT

    L’escargot vit en Bourgogne, c’est pourquoi on l’appelle escargot de Bourgogne.

    Comme la tortue, l’escargot possède une maison sur le dos, appelée coquille. Il partage également ce point commun avec l’œuf. Cependant on ne trouve ni tortue ni escargot durs ou à la coque.

    Procédons à une petite expérience :

    Prenons un escargot de Bourgogne complet, avec ail et persil dans le nez.

    Prenons également une tortue et un œuf. Mettons de l’ail et du persil dans le nez de la tortue et faisons la cuire. On s’aperçoit avec stupéfaction que le goût n’est pas le même que celui de l’escargot !

    Continuons l’expérience et mettons de l’ail et du persil dans le nez de l’œuf. Quelle n’est pas notre surprise de découvrir que l’œuf n’a pas de nez !

    On peut en conclure que malgré de grandes similitudes, l’escargot n’est pas de la même race que la tortue et l’œuf. 

    La femelle de l’escargot est la limace. La limace n’ayant pas de coquille, vient habiter chez l’escargot après leur vol nuptial.

    L’escargot est avantagé par rapport à sa compagne. Comme elle, il n’a pas de pattes, mais il a une coquille. La limace n’a rien. C’est juste un machin mou avec deux yeux au bout, ce qui – reconnaissons-le – n’est pas très attractif.

    L’escargot est beaucoup plus lent que la tortue, mais beaucoup plus rapide que l’œuf et la limace.

    Pour vérifier cela, faisons une autre expérience :

    Prenons une tortue et écrivons N° 1 sur sa carapace.

    Prenons un escargot et écrivons N° 2 sur sa coquille.

    Prenons un œuf et inscrivons N° 3 sur sa coquille.

    Prenons une limace et inscrivons N° 4 sur un écriteau que nous lui planterons dans le dos avec une épingle, puisque elle n’a pas de coquille.

    Mettons-les sur la ligne de départ et observons attentivement ce qu’il se passe :

    La tortue va très vite distancer les autres concurrents et disparaître dans la salade à l’autre bout du jardin.

    L’escargot va avancer comme un escargot et disparaîtra lentement à l’horizon.

    Et, stupéfaction ! La limace et l’œuf restent sur la ligne de départ !

    Que s’est-il passé ?

    Nous avons planté l’épingle dans le sol à travers la limace, ce qui l’a empêchée d’avancer !

    On peut en conclure qu’il vaudrait mieux accrocher l’écriteau sur la limace avec une pince à linge ou un serre-joint. 

    Quant à l'oeuf, les savants intéressés par ça se demandent toujours pourquoi il n'a pas participé à cette course pourtant du plus haut intérêt.

    A la saison des amours, l'escargot invite la limace dans sa coquille pour faire des galipettes particulièrement inavouables, et neuf mois plus tard naît un petit limaçon qui est le portrait craché de son papa, en plus petit.

    La petite famille s'en va ensuite gambader joyeusement sur les chemins poudrissants pour rejoindre les prés verdoyants aux fleurettes fleurissantes qu'ils brouteront en coeur en chantonnant la fameuse chanson de l'escargot qui broute, bien connue des escargots qui broutent.

     


    16 commentaires
  • Aujourd'hui est un grand jour pour vous, car vous allez encore pouvoir vous instruire. Voici en avant-deuxième (l'avant-première ayant déjà été publiée), un exposé extrêmement scientifique sur un bel animal de compagnie, classé 52ème meilleur ami de l'homme sur l'échelle de Richter.

    (l'échelle de Richter étant celle que je lui emprunte pour mes travaux en hauteur).

     

    LE RHINOCEROS

     

    Contrairement à la vache, le rhinocéros a deux cornes en long, ce qui l'oblige à marcher de profil pour qu'on puisse voir les deux. La marche de profil est agréable, mais permet seulement d'aller à gauche ou à droite. Lorsque le rhinocéros veut avancer ou reculer, il est obligé de tourner la tête pour qu'on voit bien ses deux cornes et en général il se paye le baobab.

    Le rhinocéros est un hippopotame avec des cornes. Nous allons donc étudier l'hippopotame, qui est un rhinocéros sans cornes. Etudions donc le rhinocéros pour mieux connaître l'hippopotame.

    L'hippopocéros est gros. Dès son plus jeune âge il est gros. Au début, il est petit et gros et ensuite il devient grand et gros. Il fait donc partie de la famille des animalus obésitus. 

    La femelle de l'hippopocéros est la rhinopotame. Après un accouplement particulièrement bestial sur lequel nous ne nous attarderons pas de peur de choquer les personnes sensibles et les petits nenfants, elle pond une cinquantaine d'oeufs qui neuf mois plus tard donnent naissance à des petits rhinolaryngites, qui détestent ce nom.

    Le rhinopotamocéros est-il gracieux en vol ? Pour cela, procédons à une petite expérience scientifique:

    - Procurons-nous une catapulte (on en trouve d'excellentes chez le Roi et Merlin au rayon moyen-âge) et installons le rhipatouillocéros à la place du boulet. Tendons ensuite le tendeur biconvexe du lanceur rhinocéresque, puis appuyons sur la tirette pour faire chérer la bobinette. Que se passe-t-il alors ?

    - On entend un gros crac lorsque l'axe bitrouilleur se casse en deux sous le poids du rhinopotamos. Et c'est à l'instant où l'animal s'écrase au sol qu'on peut constater avec surprise qu'il n'est pas du tout gracieux en vol.

    Le rhinoféros est-il féroce ?

    Non, car f'est le feul carnivore qui fe nourrit de carottes râpées, fraîffement cueillies dans les vardinets verdoyants et odorants de la favane mystérieuve où retentiffent les cris des phylactères fauvages et des androbipèdes fachant chaffer fans leurs fiens.

    Facré rhinoféros, tu nous fera touvours fourire !


    24 commentaires
  • Comme je vois que votre soif de connaissance est inextra inextringri inextrigibe important, je pense que vous lirez avec beaucoup d'intérêt cet exposé particulièrement scientifique sur cet animal très attachant que vous pourrez caresser au coin du feu pendant les longues soirées d'hiver...

     

    Blog de lesscorpionsdeouarzazate : Les Scorpions de Ouarzazate, LE CRIQUET

    Le criquet lorsqu’il est nombreux se déplace en nuages. On dit alors qu’il s’agit de nuages de criquets. Dans ce cas, le criquet pleut-il ? Mange-t-il les nuages ?

    Non car le criquet, comme la girafe, mange les arbres. Mais que mange-t-il dans les pays où il n’y a pas d’arbres ?

    Pour cela, procédons à une expérience scientifique :

    - Prenons un criquet et mettons-le dans un arbre. Aussitôt, il commence à grignoter l’arbre. Enlevons l’arbre et remplaçons-le par une allumette. Que se passe-t-il alors ? Le criquet mange-t-il l’allumette ? S’enflamme-t-il pour elle ? Non, car contrairement à son proche cousin le briquet, le criquet ne s’enflamme pas mais il a l’avantage de sauter beaucoup plus haut.

    On peut en conclure qu’on ne sait plus quel était le but de cette expérience.

    La femelle du criquet est la criquette, plus communément appelée femelle du criquet. Leur accouplement sauvage donne le jour neuf mois plus tard à un petit Jiminy-Criquet qui fait la joie de tous les Pinocchios.

    Le criquet possède deux pattes arrières, la droite et la gauche, qui lui permettent de sauter droit devant lui. Il est communément admis que sans les pattes arrières, le criquet saute beaucoup moins bien. On peut également remarquer qu’avec une patte arrière en moins, il a des difficultés à sauter droit.

    Il possède également un certain nombre de pattes à l’avant , ce qui lui permet de ne pas se racler le menton parterre à l’atterrissage.

    Le criquet peut-il s’accoupler avec son cousin le briquet ?

    Pour cela, procédons à une autre expérience scientifique :

    - Mettons un criquet mâle en présence d’un briquet femelle. Que se passe-t-il ?

    Rien.

    Afin de pousser l’expérience plus loin, allumons le briquet. Que voyons-nous ? Le criquet recule, car il a peur ! Doit-on en conclure que le criquet est homosexuel ? Nous n’avons à ce jour jamais réussi cette expérience, mais ne nous décourageons pas et recommençons tous les jours jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de gaz dans le briquet. 

     


    24 commentaires
  • Alors aujourd'hui j'ai envie de changer un peu des histoires du Maroc marocaines. Je vous propose donc un nouvel exposé scientifique sur nos amies les bêtes, par exemple le cochon d'inde que voici, que voilà:

     

    Blog de lesscorpionsdeouarzazate : Les Scorpions de Ouarzazate, Le cochon d'inde

    Le cochon d’inde n’est pas un cochon et ne vient pas des Indes. Ce n’est pas non plus le résultat du croisement entre un porc et une dinde. Alors, me demanderez-vous étonnés, c’est quoi un cochon d’inde ?

    C’est un cobaye. Qui sert à servir de cobaye pour différentes manipulations savantes.

    Procédons à une expérience scientifique :

    - Prenons un cobaye et amenons-le aux Indes. Se transforme-t-il en cochon ? Que nenni, il reste un tout petit truc poilu qui fait « huic-huic-huic » quand on lui gratouille le menton. Est-ce à dire que le cochon d’inde est un usurpateur ? Parviendra-t-il à devenir un jour plus gros que le porc ?

    Pour cela, procédons à une autre expérience scientifique :

    - Prenons un cochon d’inde et gonflons-le. Ressemble-t-il alors à un cochon ? Non. Gonflons-le encore. Juste avant qu’il n’éclate ressemblait-il à un cochon ? Non, car les cochons sont nettement moins poilus.

    Nous pouvons donc en déduire que le cochon n’est pas un cobaye, mais que le cobaye est bien un cochon d’inde.

    La femelle du cochon d’inde se nomme la truie d’inde. Leur accouplement donne de jolis petits porcinets d’inde, qui ne viennent pas des Indes eux non plus, car ils sont nés dans le 18ème arrondissement chez Madame Bouju, l’accorte concierge de l’immeuble situé juste en face du laboratoire où l’on procède à des expériences sur les cobayes pour vérifier qu’ils sont bien des cochons d’inde.

    Le cochon d’inde est donc un animal intéressant à étudier et je vous conseille de le faire sans plus attendre, en lisant mon exposé de mille deux cent cinquante quatre pages sur les us et coutumes du cochon aux Indes, ce qui n’a rien à voir avec le cochon d’inde, mais qui vous permettra de passer un moment passionnant.

     

    NOTE: vous avez pu remarquer que la photo ci-dessus ne ressemble pas tellement à un cochon d'inde. C'est normal, il s'agit simplement de son habitat naturel. L'animal est dans sa chambre avec sa cochonnette et il est donc de bon ton de leur laisser un peu d'intimité.


    16 commentaires
  • Ayant constaté avec satisfaction que votre soif d'instruction était inextac inextict inextingibe sans limite, j'ai le plaisir de poster aujourd'hui un nouvel exposé scientifique sur un zanimo méconnu et pourtant si attachant (quand on le met en laisse), j'ai nommé le loup:

    LE LOUP

    D’après la légende populaire, le loup est soit petit, soit gros. Car comme il est dit très souvent : « Viens ici mon p’tit loup » ou encore : « T’as encore envie mon gros loup ? »

    Est-ce à dire qu’il n’existe pas de loup grand ou maigre ? Pour cela, procédons à une expérience scientifique :

    - Prenons un petit loup et gonflons-le. Devient-il grand ? Que nenni, il grossit et devient un gros loup, ce qui semble confirmer la légende. Pour être certains de ne pas nous tromper, prenons un gros loup et dégonflons-le. A notre grande stupéfaction, nous obtenons un loup maigre ! La légende a donc vécu, car nous avons prouvé qu’il existe également des loups maigres, comme il existe des vaches maigres, qui n’ont cependant rien à faire dans cet exposé.

    Le loup est un chien ressemblant à un chien-loup mais sans le chien. C’est pour cette raison qu’il ne sait pas aboyer, contrairement à l’otarie qui n’a rien à faire non plus dans cet exposé.

    La femelle du loup est la loute. D’ailleurs, la plupart des gens disent en allant se coucher : « Tu viens ma p’tite loute ? ». L’accouplement entre le loup et la loute donne des petits louveteaux, comme chez les humains. 

    C'est le seul animal sachant marcher à pas de loup, et la tête de loup de la louve n'a pas besoin de loupe pour ne pas louper la laie louvoyant dans les haies à la lueur du soir.

    Le loup mange les moutons, ce qui dérange souvent les éleveurs de moutons qui se sentent à chaque fois concernés, car il mange très salement et la laine ne peut pas être récupérée pour tricoter les pulls pour chihuahuas ou autres pékinois.

    Pourquoi le loup fait-il peur aux enfants ? Pour connaître la réponse, procédons à une expérience scientifique :

    - Prenons un loup des champs et un enfant des villes. Mettons un petit chaperon rouge à l’enfant des villes et envoyons-le porter un pot de beurre à sa grand-mère dans la forêt.

    Nous allons alors nous trouver devant plusieurs difficultés : impossible de trouver un chaperon dans les rayons du supermarché et nous verrons très vite que le beurre n’est pas vendu en pots, mais en plaquettes. De plus, la grand-mère habite à Bezouotte-sur-Vingeanne, à côté du supermarché construit sur l’ancienne forêt. En réalité c’est donc l'inquiétude de ne pas satisfaire la grand-mère qui fait peur à l’enfant ! Encore une légende qui a fait long feu !

    Le loup est donc un animal plein de charme et à quatre pattes, contrairement à l’autruche qui vient de s'immiscer dans cet exposer sans demander l'autorisation. 

     

    La semaine prochaine nous étudierons les palmes académiques du canard à l’orange.


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique