• Alors j'me suis dit comme ça que ça fait un bout de temps que j'vous ai pas expliqué la vie animale des z'animos. Voici donc un exposé incroyablement scientifique sur l'oie sauvage, dont la particularité est d'être très sauvage.

     

    L'OIE SAUVAGE

     

    L’oie sauvage, contrairement à sa cousine l’oie domestique, est très sauvage. Elle vit dans la jungle avec Tarzan et saute de branche en branche pour se nourrir de groseilles et d’escargots, comme l’orang-outang qui préfère les bananes et vole beaucoup moins bien.

    Car, contrairement à l’orang-outang et aux bananes, l’oie sauvage vole très bien, tout là-haut, au-dessus des nuages et des arc-en-ciel.

    Car l’oie sauvage est migratrice et elle part tous les ans dans les contrées lointaines du Grand Nord pour rendre visite à sa cousine l’oie domestique. 

    Or, l’oie sauvage peut-elle être domestiquée ?

    Pour le savoir, procédons à une expérience scientifique : 

    - Prenons une oie sauvage et installons-la à la ferme. Elle va immédiatement dans la mare aux canards et commence à se gaver de grenouilles et de nénuphars, comme sa cousine l’oie domestique.

    Au bout d’un certain temps, son foie devient gras et cylindrique et à notre grande surprise il tient parfaitement dans les boîtes de foie gras Sot-Piquet pour faire le régal des petits et des grands à Noël.

    Est-ce à dire que l’oie sauvage est devenue domestique ? L’oie domestique peut-elle être rendue à l’état sauvage ? Que nenni, car avec son gros foie gras elle serait incapable de sauter de branche en branche comme l’orang-outang pour se nourrir. Laissons donc l’oie sauvage à son état sauvage et l’oie domestique à son foie en boîte. 

    Le mâle de l’oie sauvage se nomme oie sauvage mâle. On le différencie de la femelle par le fait qu’on voit pas du tout la différence, sauf quand il lui saute dessus pour lui faire des œufs. On peut également différencier la femelle du mâle quand on la voit pondre un œuf.

    Au bout de neuf mois, l’œuf éclot et le petit poussin oie arrive au monde et commence à manger des groseilles et des escargots pour devenir une grande oie sauvage comme sa maman et son papa. 

    Toute la petite famille oie sauvage peut ensuite aller batifoler dans les arbres avec l’orang-outang et les bananes.

     

    Merci de votre attention.


    30 commentaires
  • Au Maroc il paraît qu'il y a des serpents à sonnette. J'en ai jamais vu, sauf chez les montreurs de serpents de la place Jemaa el Fna à Marrakech. Mais j'me suis dit comme ça que ça vous intéresserait peut-être de mieux connaître ce bel animal, alors voilà:

    LE CROTALE 

    Le crotale comme le vélo possède une sonnette, sauf les pédales. La sagesse populaire conseille d’ailleurs de pédaler à tire d’ailes et ventre à terre lorsqu’on entend la sonnette du crotale, dans la mesure où on est capable de pédaler avec le ventre sur le sol. 

    Mais qu’est-ce que le crotale ? C’est un serpent qui sonne. Mais que sonne-t-il me demanderez-vous (si vous avez envie de le demander) ? Pour le savoir, procédons à une expérience scientifique : 

    - Prenons un crotale et remuons-le. Sonne-t-il ? Non.

    Amenons-le alors chez le réparateur afin de faire jouer la garantie et secouons-le à nouveau. Agacé, il vous mord et vous mourrez. Ce qui est regrettable car vous n’avez pas eu la réponse à cette question d’une importance capitale.

    Procédons alors à une deuxième expérience beaucoup plus scientifique que la précédente qui ne vous a pas appris grand-chose : 

    - Prenons un autre crotale (ou le même, après révision) et coupons-le en deux dans le sens de la longueur afin de trouver la sonnette. Il est à noter que pour trouver la sonnette d’un vélo il est inutile de le couper en deux, mais on s’en fiche un peu dans le cas présent.

    Et là on en reste baba comme deux ronds de flan, en découvrant qu’il n’y a pas de sonnette à l’intérieur du crotale. Alors comment fait-il pour sonner me direz-vous ?

    Pour le savoir, procédons à une autre expérience extrêmement scientifique : 

    - Recousons le crotale et posons-le sur le sol. Ensuite agaçons-le avec un morceau de bois et observons ses réactions.

    Observons.

    Observons.

    Observons.

    Observons.

    Au bout d’un long moment, on finit par s’ennuyer un peu et on arrête d’observer.

    Et c’est là que la sonnette sonne ! Incroyable ! Cependant on déchante très vite en se rendant compte que c’est Madame Henriette Dumans qui a sonné en passant dans la rue à vélo.

    Or, nous ne savons pas qui est Madame Henriette Dumans, il était donc inutile qu’elle sonne. 

    Continuons donc notre expérience sans nous occuper de Madame Henriette Dumans.

    Observons.

    Observons.

    Observons.

    Observons.

    La sonnette sonne à nouveau ! L’expérience a-t-elle réussi ?

    Malheureusement non, c’était juste Madame Henriette Dumans qui passait dans l’autre sens. 

    Le crotale quant à lui, ne fait rien, ce qui est décevant au plus haut point. Arrêtons donc de l’observer et intéressons-nous à la vie de ce fascinant reptile serpentiforme : 

    La femelle du crotale s’appelle la crotale et leur union donne des petits crotales, ce qui est loin d’être passionnant et je commence à m’ennuyer à vous raconter ces choses sans importance du monde animal.

    L’ensemble de la famille crotale se promène en sonnant de-ci de-là, à moins que ce soit seulement Madame Henriette Dumans qui passe à nouveau dans le quartier. 

    La semaine prochaine nous étudierons donc la vie de Madame Henriette Dumans, qui sera certainement plus passionnante que celle du crotale qui sonne par-ci par-là pour un oui pour un non.

    Merci de votre attention.


    37 commentaires
  • Ayant remarqué récemment que la plupart d'entre vous sont très intéressés par les oiseaux, qui généralement possèdent tous un bec, j'ai pensé qu'une étude scientifique sur le lapin vous ferait plaisir.

    Donc voilà:

    Résultat de recherche d'images pour "photos de lapins rigolos"

    Depuis la nuit des temps (et le jour aussi), l’humanité se pose une angoissante question :

    - Le lapin a-t-il un bec de lièvre ?

    Pour répondre à cette question d’une importance capitale, observons un lièvre : a-t-il un bec de lapin ?

    Que nenni, car aussi bien vous que moi, savons pertinemment que le lapin n’a pas de bec, sauf la poule. Car la poule a en effet un bec appelé bec de poule, contrairement à la cigogne, qui n’a pas de bec de lièvre comme le lapin.

    Les scientifiques se perdent donc en conjectures approximatives sur le comparatif entre le lapin et la cigogne, qui possède comme tout un chacun le sait un long bec emmanché d’un long cou, sauf le héron qui a la même chose, mais sans bec de lièvre.

     

    La rumeur populaire ne sachant plus à quel saint se vouer, procédons à une expérience scientifique afin d’éclairer notre lanterne :

    - Prenons un lapin en bon état et demandons-lui de fermer son bec. Que fait-il alors ?

    Rien, il continue à grignoter sa carotte.

    Or, nous savons tous que ni les cigognes ni les poules ne mangent de carottes, exactement comme les vaches qui mangent de l’herbe et ruminent ensuite dans leur coin.

    Doit-on en conclure que le lapin est un ruminant à bec de lièvre ?

    Pour répondre à cette question embarrassante, procédons à une autre expérience encore plus scientifique que la précédente :

    - Prenons une vache et un lapin et comparons-les. A notre grande stupéfaction, nous pouvons constater qu’ils sont identiques, surtout la vache qui rumine et le lapin qui grignote sa carotte, sauf la cigogne à qui on n’avait pas demandé de venir. Comme quoi les expériences scientifiques ne sont pas forcément concluantes.

     

    La femelle du lapin est appelée la lapine, car lorsque le lapin la voit il la pine. A la suite de ce fait, une flopée de petits lapinoux surgissent peu de temps après avec leurs becs de lièvre et toute la petite famille lapin s’en va gaiement en sautillant de-ci de-là, par-ci par-là.

    Car le lapin sautille.

    Il possède en effet plusieurs pattes, dont quelques-unes à l’avant et d’autres à l’arrière. Les pattes avant servant à être devant et les pattes arrières à faire sautiller le lapin.

    Le lapin vit dans un terrier comme le zébu, sauf le zébu qui est beaucoup trop gros pour tenir dans un terrier de lapin et n’a même pas de bec de lièvre.

    Par contre le zébu a une grosse bosse sur le dos, ce qui est un avantage quand on est un zébu, sinon on n’aurait pas de bosse, c’est l’évidence même.

    Le terrier du lapin est entièrement constitué de terre et d’un trou. Et toute la famille lapinou vit dans le trou, contrairement au ver de terre qui n’a pas de bec de lièvre et déteste vivre dans un trou.

     

    Merci de votre attention, nous sommes heureux de vous avoir appris des choses aujourd’hui.


    36 commentaires
  • Voilà un bout de temps que j'vous ai pas infligé une étude animale scientifique à ma façon. En voilà donc une nouvelle, qui vous apprendra certainement des choses étonnantes et inattendues...

     

    Blog de lesscorpionsdeouarzazate : Les Scorpions de Ouarzazate, LE COLEOPTERE

    Depuis la nuit des temps, l’humanité se pose l’angoissante question : « le coléoptère est-il vraiment collé au ptère ? ». Pour y répondre, procédons à une expérience scientifique :

    - Prenons un couteau et essayons de le décoller. Qu’obtenons-nous ? Hélas, nous avons seulement coupé le bel animal en deux morceaux toujours collés à deux demi-ptères.

    Nous sommes donc bredouilles comme une nouille. Mais la nouille est-elle réellement bredouille ? Pour le savoir, nous vous conseillons de lire notre intéressante étude sur « Us et coutumes de la nouille au fil des âges »

    Mais revenons à notre coléoptère et recollons les deux morceaux. Nous nous apercevons alors que la colle ayant malencontreusement bavé sur nos doigts, le coléoptère est devenu un coléodoigt.

    Afin de réparer notre erreur, plongeons l’ensemble dans l’eau bouillante pendant cinq minutes, afin de ramollir la colle et pouvoir à loisir étudier l’animal.

    Que voyons-nous alors ? Un coléoptère immobile et un doigt tout rouge. Mettons donc de l’éosine sur le doigt pour soigner la brûlure, ainsi qu’un pansement autour du doigt. Procédons de même avec le coléoptère et étudions-le :

    - Nous voyons un joli pansement avec deux antennes qui dépassent, ce qui – reconnaissons-le – n’est pas suffisant pour étudier sérieusement cet animal particulièrement intéressant.

    Nous attendrons donc sa complète guérison pour vous livrer la suite de cette étude pleine d’intérêt.


    26 commentaires
  • Mes chats ont remarqué qu'on parle souvent de chats dans les blogs. L'ayant remarqué moi aussi, je vous présente une étude particulièrement scientifique sur ce bel animal animalier...

    LE CHAT 

     Le chat est un animal tellement fascinant que je suis fasciné et donc incapable de vous en parler efficacement. Ce qui est regrettable pour une étude qui porte justement sur le chat, reconnaissons-le. 

    Nous allons donc étudier le chien. Pour cela, procédons à une petite expérience scientifique :

    - Prenons un chien et mettons-le en présence d’un chat. Que se passe-t-il ? Le chien court après le chat, ce qui permet de constater que le chat court devant le chien. Le chat serait-il donc plus rapide que le chien ? Les scientifiques habitués à observer la nébuleuse d’Andromède n’en sont pas sûrs, car ils n’y ont jamais vu ni chien ni chat.

    Nous pouvons en conclure que si les scientifiques ne savent pas, on va quand même pas prétendre savoir mieux qu’eux. 

    Le chat est un animal très félin contrairement à la poule, qui se contente de pondre des œufs du jour et qui n’a rien à faire ici.

    Il possède des griffes rétractiles qui lui permettent de grimper aux arbres et de ravager le canapé du salon. Car le chat est un grimpeur, comme le pompier qui va le chercher en haut de l’arbre.

    La légende populaire raconte qu’un chat qui tombe du quatrième étage retombe toujours sur ses pattes. Afin de vérifier cela, procédons à une autre expérience scientifique :

    - Prenons un chat et un éléphant et posons-les sur le toit de l’immeuble. Que se passe-t-il alors ?

    - Le chat part immédiatement explorer la gouttière, pendant que l’éléphant passe à travers le toit et tombe dans la salle à manger des voisins du quatrième, qui détestent ça.

    L’expérience est donc un succès, dans la mesure où nous avons pu apprendre que les voisins du quatrième n’aiment pas les animaux. 

    La femelle du chat est la chatte. A la saison des amours, la chatte se promène en criant très fort, pour attirer tous les chats du quartier. Trois mois plus tard, l’union de la chatte et des chats du quartier donne de mignons petits chatons, qui vont rapidement grimper sur les genoux des scientifiques en train d’étudier Andromède, ce qui peut occasionner une grave erreur d’appréciation de la distance entre la terre et la nébuleuse, ce dont on se fiche éperdument.

    De plus, il est généralement reconnu que l’union d’un scientifique avec la chatte de la femelle scientifique n’a pas l’importance qu’on pourrait imaginer si on avait envie d’imaginer ça. 

    Le chat aime le lait. Si vous donnez une gamelle de lait à un chat il la boit, comme le chien qui aboie lui aussi, au contraire de la poule qui se contente de picorer les graviers de la cour afin d’alimenter sa fabrique de coquilles d’œufs, ce qui n'a aucun intérêt dans cet exposé. 

    Le chat miaule en faisant « miaou », ce qui signifie « miaou ».

    Mais si vous dites « miaou » à un chat, il vous regarde d’un air étonné car - comme vous -  il ne comprend pas ce que ça veut dire. Ou alors vous prononcez mal. 

    Le chat ronronne, comme le moteur de ma Jaguar quand il tourne au ralenti. Ce qui prouve sans contestation possible que le jaguar est aussi un félin, contrairement à la poule qui continue à brouter les graviers. 

    Le chat aime jouer au chat et à la souris avec les souris. Par contre les souris aiment beaucoup moins ça, car elles ne sont pas joueuses. Heureusement pour elles, le chat arrête de jouer avec elles après les avoir mangées. 

    Pour résumer on peut conclure que le chat est un animal attachant, contrairement à Baygon trois-en-un qui est un excellent détachant.

     

    Merci de votre attention.


    32 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique